Comme une impression de régression

extra-terrestre

Cela fait plusieurs années déjà que je sens un vent de régression dans notre époque pourtant si techniquement évoluée. A entendre les propos dans la bouche de ma fille ou de ses amies, je suis une mère extra-terrestre. 
caraco et shorty Lily coton made in France



Déjà pour la plupart d'entre-elles, il est inconcevable de parler de tout avec leur mère. Donc exit les petits copains, j'ai essayé de fumer ou encore maman, je suis une jeune femme. Exclues aussi, toutes les conversations liées à certaines parties du corps, c'est trop dérangeant…
J'avoue que je suis très étonnée de lire tant de choses intimes dans les magazines et de voir les comportements gênés et mal à l'aise d'adultes qui n'osent pas utiliser quoi que ce soit comme vocabulaire quand cela se trouve au-dessous de la ceinture. Ce qui est plus inquiétant du coup, c'est que nos chers enfants vont chercher sur internet des réponses qui ne sont pas forcément adaptées à leurs âges et à leur questionnement d'origine.



Ensemble caraco et shorty Lily

quand cela devien possible

Je me souviens qu'il n'y a pas longtemps, j'ai revu avec ma fille la boum 1 et 2, et mon regard d'adulte a, bien sûr, entendu et vu autre chose que lors de sa sortie, il y a une grosse trentaine d'année. Personnellement je trouve qu’on était beaucoup moins coincé qu'en 2015.

Qui aujourd'hui laisserait son ado de 13 ans aller à une boum le soir ?
Qui penserait lorsque la dite ado a 16 ans, à l'emmener chez la gynécologue en vue de lui prescrire éventuellement la pilule ?
Qui la laisserait aussi aller seule au ciné ?
Qui pourrait laisser ses enfants pendant une semaine au bon soin de la concierge lorsque ses derniers sont âgés de 16 et 2 ans, sans que les services sociaux s'en mêlent ?


Regardez-les à nouveau et vous verrez plein de petits détails qui vont vous faire sourire et vous posez des questions.

Aujourd'hui, j'ai comme l'impression que beaucoup de parents ont oublié leur adolescence et que le dialogue est malheureusement coupé entre eux et leurs enfants. Que nous soyons au 21ème siècle ou dans les années 70, je pense que certaines problématiques sont les mêmes comme, la cigarette, les heures de sorties et de rentrées, les rapports sexuels, sans parler de l'alcool et de la drogue.

Je crois que la base de tout, est la confiance que l'on porte à son enfant et à l'échange que l'on a avec lui lorsqu'il y a dérapage. Mais si, comme je peux l'entendre de la bouche des amies de ma fille, la phrase type est : "je ne peux pas leur dire, s'ils savaient ils me tueraient" (oui ça c'est le côté excessif de l'adolescent d'aujourd'hui), beaucoup d'adolescents vont être un peu plus paumés, ce qui, ma foi, au vu de cette période déjà très ardue, n'est pas leur rendre service.

Je crois en toute sincérité que notre époque n'est vraiment différente de notre jeunesse (13 ans en 76), sauf sur peut être deux points, ils boivent très tôt des alcools forts et essayent autre chose que des cigarettes très tôt également. Sinon la moyenne d'âge du premier rapport sexuel est toujours de 17 ans et des brouettes pour les filles et un peu plus pour les garçons.

Arrêtons de penser que nos enfants vont terminer toxicos ou dépravés parce qu'ils ont tenté une expérience fâcheuse.
L'expérience est là pour les limiter dans leur choix et surtout laissons-les vivre ces expériences, tant qu'elles ne sont pas dangereuses pour eux. Si après une soirée, ils rentrent malades et vomissent dans leur chambre, laissez-les dormir et se réveiller dans des habits, draps et sols souillés, et laissez-les nettoyer le lendemain. Je vous assure que cela vaut plus que n'importe quelle punition (bon, si vous avez moquette au sol, ce n'est vraiment pas cool).
Votre fille sort avec un jeune qui ne vous plaît pas trop, rappelez-vous et souvenez-vous de ce que vos parents ont dit du beau Tony qui venait avec son blouson de cuir noir sur sa moto bécane bleue. Nos enfants ne sont pas fous. Si les valeurs que vous leur avez inculquées quand ils étaient petits sont solides, ils iront toujours dans le bon sens.
Retenez le grand frère qui accompagne sa petite sœur en soirée et qui fusille du regard tout homo sapiens de sexe masculin qui s'approche à moins de 5 mètres de la sœurette. Cette fâcheuse habitude s'ancre depuis quelques années et personnellement, me met hors de moi, parce que si vous réfléchissez bien, le grand frère en question est bien content de pouvoir séduire de son côté et de trouver des jeunes filles qui répondent ou non à ses avances. Alors pourquoi le jeu ne serait ’il pas possible pour sa jeune sœur ?

premier baiser

Cela me rappelle une anecdote qui remonte à une dizaine d'années, nous étions chez des amis qui ont deux enfants alors âgés de 17 pour le garçon et de 15 pour la fille. Le père était en admiration devant son fils qui sortait avec tout un tas de filles plus jolies les unes que les autres en disant que cela lui rappelait sa jeunesse et que comme lui, son fils était un véritable Don Juan. Comme j'ai pour habitude d'être un peu rentre dedans, je lui rétorque, que je suis contente que son fils prenne de l'assurance et qu'en est-il de sa fille, a-t-elle un petit ami elle aussi ? 
Non sa fille est quelqu'un de bien, elle ne sort pas avec des garçons, ce n'est pas une P... Nous voilà retombé dans le cliché qui celui-ci, n'a pas évolué d'un pouce. Je ne vous raconterai pas la fin de la soirée très animée qui suivit. Depuis, nous avons toujours évité le sujet afin de garder notre relation amicale sereine.
Pour finir je vous donnerai juste la phrase que ma maman me disait depuis toute petite :"ma chérie ton corps est une machine merveilleuse, tout est utile et tout est beau, aucun endroit n'est vilain ou sale, respecte-le et aime-le tout au long de ta vie et accepte ses défauts si tu en trouves."


Je vous embrasse


Caroline