Histoire de Culotte

Petite culotte en coton Fleurs Pois et Cie

Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler d’un sujet rarement abordé en société, c’est-à-dire la culotte,
même si j’ai vu un jour, une collègue soulever sa jupe pour montrer à tout le bureau son dernier achat. 
Je vous jure que c’est vrai et comme j’avais alors à peine 20 ans, je me suis dit que si c’était ça
le monde du travail, alors j’allais bien me marrer.

Si ce souvenir de "culotte" vous fait rire ou sourire, tant mieux et ce n’est qu’un début…

Lisez déjà certaines définitions du dictionnaire LAROUSSE :

  • Vêtement à jambes habillant le corps de la taille aux genoux : Comment je fais avec ma mini-jupe alors ?
  • Sous-vêtement féminin habillant le corps, de la taille au haut des cuisses : Ouf, ma mini est sauvée …

Et le bestiaire qui suit :

  • Morceau du bœuf et du veau dans la partie postérieure de la croupe.
  • Ensemble des deux gigots entiers du mouton.
  • Ensemble des poils et des franges de la partie postérieure de la cuisse du chien.
  • Partie postérieure de la cuisse des quadrupèdes, d'autant plus rebondie que l'animal est spécialisé dans la production de viande.
Eh bien, avec tout ça, je me demande si je ne vais pas jeter ma culotte moi !

Bon reposez-vous un peu avant de poursuivre après cette ballade à la ferme car l’histoire de la culotte a aussi des aspects
très drôles.

D’abord notre culotte est toute jeunette puisqu’elle n’est apparue dans sa forme actuelle qu’en 1918 créée par Pierre VALTON qui ouvrit en 1893, un atelier de sous-vêtements… lequel deviendra, en 1920, Petit Bateau. Rendons grâce à ce monsieur
qui inventa la culotte sans jambes, sans boutons, en coton et avec une ceinture élastique à la taille.

Culotte petit bateau

Mais avant 1918, que portions-nous ?

Eh bien, RIEN… Et ce jusqu’au milieu du XIXème siècle où femmes et hommes allaient fesses nues sous leur jupe
ou leur culotte, la culotte désignant alors le vêtement de dessus masculin.

En effet, sous l'Ancien Régime, et jusqu'au début du XIXème, la culotte est un vêtement d'homme des classes aisées.
Elle descend jusqu’aux genoux et se porte avec des bas jusqu’au XVIIIème siècle pour finir par s’allonger jusqu’aux chevilles
et prendre le nom définitif de pantalon.

Il est vrai toutefois, qu’au moment de la Révolution française, le pantalon a fait une apparition remarquée avec les révolutionnaires qui le portaient en guise de contestation, d’où le nom des "sans culottes".
Bon, vous suivez ou vous êtes perdus ! Ils étaient sans culottes parce qu’ils ne portaient pas la culotte jusqu’aux genoux
avec les bas.

Un révolutionnaire Sans culotte

Mais, revenons à l’histoire de notre culotte à nous les femmes.

Donc, jusqu’au milieu du XIXème siècle, pas de culotte sauf pour les vieilles dames, les malades et les servantes
afin d’éviter certaines vues lorsqu’elles faisaient le ménage, mais aussi les femmes dites « aux mœurs légères ».

A cette époque, une femme de qualité se contente d'un jupon ou d'une chemise de toile fine, ornée de dentelle d'Alençon,
malgré la tentative infructueuse de Catherine de Médicis, à l'époque de la Renaissance (1400 - 1601), d'introduire la culotte pour la femme. Il paraît d’ailleurs, que la chute de cheval de Madame de La Fayette fit bien rire Louis XIV…

Seules les filles étaient autorisées à porter une sorte de panty bouffant en coton et ce jusqu’à leurs 14 ans.
Après pour être vertueuses, le panty aux orties…

Puis apparut le pantalon de lingerie, importé d’Angleterre pour les jeunes-filles durant leurs séances de gymnastique.
Mais, c’est surtout la mode des crinolines qui le rendit populaire.Parce que oui, avec ces énormes cages en métal,
lorsque la demoiselle arrivait à s’asseoir ou à se pencher en avant, toute son intimité prenait l’air. Les hygiénistes s’en mêlent aussi, trouvant indécent et peu hygiénique l’absence de dessous.

Cependant, à l’époque, on prédit au pantalon de lingerie une courte vie car il dépasse un peu des jupes des femmes.
Ce qui est quand même très moche. Heureusement, les Karl Lagerfeld d’alors le raccourcissent en s’inspirant de la longueur
des anciennes culottes masculines et lui redonnent le nom de culotte.

À partir de la fin du XIXème et du début du XXème, les femmes portent donc des culottes larges descendant jusqu’au genou, avec des fronces à la taille, une haute ceinture boutonnée et souvent terminées par un volant brodé ou orné de dentelle.
Le plus amusant, est que les culottes sont fermées pour les hommes et fendues pour les femmes. On trouve ça plus pratique pour satisfaire les besoins naturels et s’adonner à la bagatelle si l’envie s’en fait sentir au détour d’un couloir.
Il faut bien reconnaître sinon, qu’enlever jupons, paniers, faux-cul (rayer la mention inutile selon la mode et l’époque) risquait d’éteindre la flamme.

Le port de la culotte était donc acquis quelle que soit la condition de la dame sauf pour la couleur.
D'abord rose ou blanche, la culotte féminine fut ensuite noire pour les femmes honnêtes du début du XXème siècle
à la Première Guerre mondiale. Puis le noir devint après les années 1940, le symbole de la lascivité.

Peu à peu, les culottes féminines se ferment (il était temps, nous commencions à avoir froid). Comme la mode est aux robes plus moulantes et plus courtes, la culotte prend un coup de ciseau, raccourcit jusqu’aux cuisses et devient la culotte courte.

Elles raccourcissent encore jusqu’à l’invention de la célèbre culotte Petit Bateau basique, blanche et en coton qui peut bouillir sans problème. Ça évite les mycoses…

Enfin, depuis les années 1960, la petite culotte a évolué pour prendre bien des formes : culotte classique, culotte taille haute, tanga, boxer, string, shapewear, slip italien, stanga (celui-là, je ne connaissais pas mais si voulez mon avis, à part pour
la Saint Valentin, je ne vois pas trop l’intérêt sauf si quand vous l’enlevez, vous avez l’épilation maillot nickel car la chose
est adhésive…).

Bref, il y en a aujourd’hui pour tous les goûts, tous les styles et tous les conforts !

  • La culotte de Bridget Jones
  • Culotte Gainante Triumph
  • Culotte shapewear Triumph
  • Culotte dentelle
  • Tanga
  • String Victoria's Secret
  • Stanga

Voilà. J’espère ne pas vous avoir trop mis la tête à l’envers avec cette histoire de culotte comme notre bon vieux roi Dagobert mais lui, ce n’était pas la tête et qu’une de mes copines ne me trouvera pas trop culottée d’avoir écrit ces lignes.

Au fait, qui porte la culotte chez vous ?

Véronique

Merci à Wikipedia, sansculotte.perso.neuf.fr, madmoizelle.com et racontemoilhistoire.com pour leur aide.

Le bon roi Dagobert