Les filles et leurs complexes

Vous savez comment sont les filles, on papote, on tchatche, on discute et particulièrement quand on fait les boutiques.
On parle avec les clientes, avec les vendeuses et on adore ça, parler (et faire les boutiques aussi !).
Mais nous pouvons tout aussi bien parler de tout et de rien, qu'aborder des sujets profonds et très intéressants comme les complexes par exemple.

Vendredi lors de la présentation de la collection Fleurs Pois & Cie, je discutais avec une maman qui me disait que sa fille était complexée par sa poitrine trop petite. A 25 ans, elle faisait à peine un bonnet A.

Vous me direz, je ne pense pas que nous soyons nombreuses à ne jamais s'être senties trop mince, trop grosse, trop petite, trop bête, trop quelque chose. Et vous auriez raison, 60 à 70% des adolescents ne sont pas satisfaits de leur corps
et jusqu'à preuve du contraire, nous avons toutes été ado.

Et bien, pour le coup, nous pouvons ressortir la formule consacrée : "cela vient de votre enfance".
Les complexes sont une conséquence de notre environnement familial pendant l'enfance, les pros appellent cela
"l'héritage socio-éducatif". Si les remarques de nos parents nous font penser qu'il faut être comme ci ou comme ça,
ce qui ne correspond pas à ce que nous sommes, nous rejetons alors notre image.

Donc, si votre fille est complexée, surtout ne lui dites pas "c'est pas grave, ça va passer", écoutez-la et trouvez quelqu'un avec qui elle puisse discuter librement. La plupart du temps, les parents ne peuvent pas remplir ce rôle. Il faut mieux
se tourner vers un psy, un médecin ou quelqu'un de l'entourage en qui elle a confiance.

La plupart du temps, quand on sort de l'adolescence, il y a un déclic et on apprend à vivre avec soi-même, tel qu'on est.

Sarah

Les filles et les complexes

Voir aussi les articles :