Naturel ou synthétique ?

Bonjour à vous tous.

Les textiles ont énormément évolué au fil du temps et plus spécifiquement depuis une quinzaine d'années.

Mais alors que faut-il porter pour que notre peau "respire" correctement ?

Suivant les différentes activités de la journée, il serait donc souhaitable de s'équiper au mieux, il est vrai que vous n'allez pas sous la pluie en manteau, mais avec un imperméable et que vous ne portez pas une combinaison de ski à la plage.

Tout le monde vous dira que le coton c'est ce qu'il y a de mieux en toute circonstance, eh bien non, il paraît même que cela peut être dangereux dans certain cas.

Bref, revenons à nos moutons et nous allons donc leur rendre hommage en commençant par la laine, qui comme vous le savez tous, ne pousse pas mais se tond sur leur dos, enfin celle que nous portons, parce qu'il existe aussi la laine de roche, d'origine minérale qui est utilisée pour l'isolation de nos maisons et autres bâtiments.

La laine

La laine est une fibre naturelle issue essentiellement de la toison des moutons. Aujourd'hui il existe à notre connaissance environ mille espèces avec, pour chacune, ses particularités. Mais la reine des laines est la Mérinos qui est la plus fine et qui est issue de croisement entre des espèces espagnole et arabe. A l'opposé, ceux d'’Ecosse et d’Irlande sont célèbres pour leur laine rustique.

Mais il n'y a pas que les moutons qui produisent de la laine, le chameau, le lama, la vigogne et l'alapa (famille des lamas), le lapin (angora), la chèvre (mohair et cachemire) sont également élevés dans ce but.

La laine a de grands atouts, elle est élastique et peut s'étirer jusqu'à 30 %, solide, légère, très résistante au feu et isolante du froid comme du chaud ce que peu de gens savent.

Hormis si vous êtes sensibles à son côté "cela me démange, donc je me gratte", vous pouvez la porter en toutes occasions.

La laine est une matière utilisée depuis la nuit des temps par les hommes, elle est renouvelable tant qu'il y aura des moutons sur notre planète.

Et pour la petite histoire, figurez-vous que dans les années 40, mon père portait des maillots de bains en laine.

Le lin

Le lin brut


Le lin est à priori le textile le plus vieux du monde, il y a 8000 ans qu'on a découvert le lin tissé,
il participait à l'embaumement des momies. Le lin provient d'une jolie plante aux fleurs éphémères dont
la floraison ne dure que quelques heures dans des teintes bleutées et/ou blanche.

Pratiquement tout est utilisé dans cette plante, mais pour en extraire tous ces bienfaits,
il faut couper les champs de lin environ trois semaines après floraison, laisser le tout au sol,
en bottes, entre trois et six semaines et espérer la pluie pour que le rouissage s'opère (pourrissement des tiges).

Ensuite, le teillage (extraction de la fibre de l'écorce et du bois, le produit qui en ressort s'appelle le lin teillé) peut se faire
en usine.

Avec ce lin teillé, on retrouve le 100% lin dans de très belles factures, qui sont principalement d'origine italienne.
En effet, le lin est une fibre qui tissé, se froisse très vite et avoir un vêtement dans cet état est encore peu apprécié en France, en revanche on parle de l'élégance froissée à l'italienne.

Personnellement cela ne me dérange absolument pas de ressembler à un truc tout froissé si c'est du lin, de plus
un œil averti ne vous en tiendra jamais rigueur.

Le lin a de nombreuses qualités. En été il ne tient absolument pas chaud, est confortable et a un grand pouvoir isolant,
il est anallergique et d'après certaines rumeurs anti-stress.

Dormir dans des draps en lin favoriserait le sommeil, la détente et le confort. Sa fibre est une des plus résistantes,
elle dure plus longtemps sans pelucher.

Si vous investissez, par exemple, dans des draps de qualité supérieure en lin, vous les garderez presque toute votre vie. Dans ce cas préférez l'uni, cela sera toujours à la mode (même dans des teintes foncées puisque sa fibre naturelle
est une de celle qui prend le mieux la teinture).

Contrairement à beaucoup d'autres cultures, il est peu consommateur de pesticides, il en rejette des quantités infimes puisqu'il absorbe et transforme pour sa croissance la quasi-totalité des produits consommés. Ce qui en fait un des textiles
les plus écologiques qui soit, donc très peu dangereux pour la peau.

Et si vous optez pour l'utilisation d'un textile en lin, vous ferez peut-être travailler indirectement un producteur français, puisqu'il est principalement cultivé dans notre belle Normandie encore à ce jour et bénéficie mondialement d'une réputation
de très haute qualité.
Heureusement, il reste encore des entreprises de teillage en Normandie, ce qui n'est pas le cas des filatures de lin qui, d'après mes sources, ont migré depuis fort longtemps en dehors de nos frontières.

Je vous promets de relever le défi si c'est possible, j'aimerais bien pouvoir proposer des dessous en lin français,
cela doit être d'un confortable, je n'ose même pas l'imaginer.


LINEN ON TV - JT TF1 29 SEPTEMBER 2013 from Linen and hemp community on Vimeo.

Le coton

gogue de coton

On retrouve des traces de son utilisation jusqu'à 7000 ans en arrière. Il est issu
du cotonnier, arbuste à fleurs puis à fruits et c'est de ce dernier que l'on extrait le coton.

On cultive majoritairement le coton en Afrique subsaharienne, dans certains états du sud des États-Unis, et oui souvenez-vous d'Autant en emporte le vent, de l'Inde et de Chine. Pour faire pousser du coton il faut être dans des lieux où la pluviométrie doit être
au minimum de 400mm/an. C'est pour cela que de nombreuses récoltes de coton
sont produites grâce à des plantations irriguées.

Il existe du coton naturellement coloré dont on a retrouvé des traces sur la côte nord
du Pérou. D'ailleurs le Grec Hérodote dit de ce dernier « Là-bas il y a des arbres
qui poussent à l'état sauvage, dont le fruit est une laine bien plus belle et douce que celle des moutons.
Les Indiens en font des vêtements. »

C'est au cours du milieu du 18 ème siècle, et grâce à un britannique, que la première machine à filer industrielle à plusieurs fuseaux est fabriquée, qui quelques années plus tard, fût suivie par la machine à peigner et à filer, et c’est finalement
Samuel Crompton qui fit la synthèse de ces deux métiers en 1779 ce qui permettait d'avoir un rendement 40 fois supérieur
au rouet, mais oui, rappelez-vous, celui la même qui fût le héros, malgré lui, de l'endormissement d'une certaine princesse
qui s'y piqua le doigt.

Bref, le coton est une fibre qui, une fois mis en bobine et tissé, est un des textiles les plus confortables
que nous connaissions et possède en plus quelques atouts qui lui sont propres :

Il absorbe environ 8,5 % de son poids en eau, c'est pour cette raison qu'il trône majoritairement dans votre salle de bain (serviettes, gants de toilette, peignoirs). Mais aussi, coton à démaquiller et articles hygiéniques.

Il se blanchit facilement sans altérer ses fibres avec des solutions alcalines faiblement concentré.

Il supporte de très hautes températures tant au lavage qu'au repassage.

Ce qui en fait le textile idéal pour les tout-petits puisqu'il permet d'éradiquer les microbes et/ou les bactéries ( C'est le seul
à ma connaissance qui résiste à des températures proches de 100°C).

On le retrouve partout en linge de maison, d'office, ficelle, vêtements, lingerie etc...

Attention à tous ceux qui partent vivre sous des climats tropicaux, le coton étant un absorbeur d'humidité, il moisira
très rapidement si son rangement n'est pas ventilé et/ou aéré régulièrement.

Très important, lorsque vous achetez un textile en 100 % coton, mettez-le à tremper dans l'eau froide pendant une nuit
et ensuite lavez-le en machine. Le fait de le faire tremper fait gonfler les fibres de coton, ce qui veut dire que si vous faîtes
une tache ultérieurement, celle-ci partira très facilement. En revanche si vous ne faîtes pas cela et qu'une tache est faîte,
la fibre de coton se gonflera avec le liquide de la tache, et là, celle-ci sera presque indélébile.

Caroline

Sources photos :
www.cc-caux-fleurdelin.fr
www.les-vegetaliseurs.com/article-7034-lecotonnierbiologique.html

 Voir les autres articles