Histoire d'entreprise...

Sur le site de FLEURS POIS & CIE, vous pouvez lire l’historique de notre société.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous la raconter d’une autre manière. Je devine ce que vous pensez : " Mais pourquoi ? "
Eh bien, parce que ça me fait plaisir et comme il paraît qu’il faut se faire plaisir au moins une fois par jour…

D’abord, les personnages : cinq femmes. Oui, je sais ! Nous ne respectons pas la parité mais franchement, avez-vous déjà remarqué la tête que fait un homme dans un magasin de lingerie. Ah, s’il pouvait se cacher derrière les portants… Remarquez, il serait très mignon, un œil dans chaque bonnet de soutien-gorge et le bassin caché par les petites culottes ou les strings.
Rajoutez à nous cinq, une marraine de cœur pour le juridique, une comptable et une banquière (promis, c’est vrai) et vous avez l’équipe au complet.

Mais comme nous ne sommes pas sexistes, nous comptons trois parrains qui sont aussi les maris de trois d’entre nous. Nous leur rendons d’ailleurs grâce de supporter nos histoires de tissus, d’élastiques et de bordures, notre négligence
pour le chiffon à poussière et notre cuisine à la va vite, absorbées que nous sommes par notre aventure. 

Mais revenons aux héroïnes. Des héroïnes, oui, car il faut l’être pour lancer une entreprise en ces temps économiques chaotiques.

Il y a :

·         Ouragan : son surnom ne vient pas de la chanson de Stéph de Monac, mais bien du phénomène climatique.
Vous savez celui à qui les météorologues ont donné des prénoms féminins de 1950 à 1979. Notre ouragan à nous
n’était pas né en 1950, mais l’un de ces savants devait avoir un talent divinatoire.
Comme un ouragan, elle va à plus de 118 km/h (norme météorologique). Elle fourmille d’idées, veut que tout soit fait
tout de suite, râle dans son for intérieur parce que nous ne sommes pas aussi réactives qu’elle, est capable de soulever
des montagnes et ne pige pas que tout le monde ne soit pas comme elle.
Elle est notre locomotive, notre TGV. Quant à l’œil dégagé en son centre, vous savez, là où tout est calme, nous ne le voyons que rarement. Mais comme elle tourne au thé et au coca, ceci explique peut-être cela…
 
·         Doigts de fée : la sagesse, le calme et le savoir technique. Celle sans qui notre collection n’existerait pas.
Outre ses doigts, elle possède un œil acéré pour repérer le plus petit défaut et croyez-moi, ne laisse rien passer.
Elle est en outre, la pro des nœuds qui ferment nos paquets ce qui nous vaut moqueries et commentaires lorsque nous en faisons un devant elle. Elle l’ignore mais nous entraînons en cachette dans l’espoir de rivaliser un jour avec le maître.
Moquez-vous ! Mais essayez pour voir, de faire un nœud avec les deux boucles de la même taille, toutes les lettres de Fleurs Pois & Cie visibles et les deux pans de longueur égale. Vous verrez qu’à force de devoir recommencer, notre joli ruban gris finira par ressembler à une vulgaire ficelle.
 
·         Calimero : non pas qu’elle ressemble physiquement au célèbre poussin né en 1962 en Italie et dont le nom vient
de la basilique San Calimero à Milan, ni qu’elle sort avec une coquille d’œuf cassée sur la tête, mais parce que sa sensibilité la fait pleurer facilement et qu’elle fait très bien le sourire à l’envers.
En réalité, son surnom devrait être Jean qui rit, jean qui pleure car elle rit autant qu’elle pleure sans compter une certaine distraction, une intelligence qui va plus vite que ses mots et fait qu’elle commence souvent ses phrases par le milieu, persuadée de nous avoir dit le début.
Bien qu'elle soit notre benjamine, nous ne pourrions avancer sans elle et son obstination à dompter tous les mystères de l’informatique. Eh oui, que voulez-vous, si nous avons parfois du mal à décoder ses propos, son copain ordinateur
la comprend parfaitement et c’est ce qui compte.
 
·         Toubrave le lion : si vous ignorez qui est Toubrave le lion, c’est le chef des cousins des Bisounours que tous respectent et admirent car,quand il faut partager et protéger, il est le meilleur.
Dans la famille Fleurs Pois & Cie, nous avons aussi notre Toubrave. Elle est courageuse, a un sens de l’humour décapant, une plume de dessinatrice magnifique et est têtue comme une bonne landaise qu’elle est quand elle boude.
Comme un vrai lion, quand elle vous chasse, chères clientes, elle ne renonce pas. Mais vous n’aurez jamais l’impression d’avoir été croquées tant elle le fait avec savoir vivre et respect.

           Boss : plus qu’un titre, un état d’esprit. D’un regard, elle peut vous ensorceler de son œil de biche ou vous foudroyer sur place d’une pique dont elle a le secret!  Avec classe, elle sait faire parler les chiffres, mener les  équipes à la baguette
et gérer les crises les plus aigües. Mais ne vous y trompez pas, si ses colères font trembler les murs (et rire les copines),
ce féroce rempart contre l’adversité, cache un vrai cœur de chamallow, drôle et tendre, qui fondra devant le premier bout
de chou qui passe.

Maintenant, vous dites-vous, comment ces personnages hauts en couleur, ont-ils décidé de créer une société de lingerie pour jeunes-filles ?

Voilà l’histoire…

Il était une fois, une petite fille blonde dont la maman se prénommait Ouragan. La vie s’écoulait dans l’œil dégagé d’ouragan jusqu’au jour où la petite fille devint une ado à la poitrine naissante. Notre Ouragan se mit alors à tourbillonner à la recherche du premier soutien-gorge pour son adorée tête blonde. Elle mit tout le Sud-Ouest sans dessus-dessous, envoyant voler bandeaux à nounours trop bébé et soutiens-gorge en dentelle trop sexy. Elle remua tiroirs, cintres et panières mais rien n’eut grâce à ses yeux.
Déterminée, elle rentra chez elle, se fit une marmite de thé, laissa son esprit vagabonder au-dessus des volutes parfumées
et eut une idée : " Puisque je ne trouve rien, je vais monter une société de lingerie romantique et un peu vintage pour jeunes filles. Et comme je suis aussi une française responsable, les articles seront 100 % créés et fabriqués en France." Elle ajouta en son for intérieur : " Pourvu que les seins de ma filles ne se développent pas trop vite…"
Sitôt dit, sitôt fait. Elle saute sur le téléphone et appelle ses quatre amies pour leur faire partager son projet.
Ses amies ne sont pas aussi véloces qu’elle. Et puis, elles en ont un peu ras le bol des entreprises qui aujourd’hui
vous demandent tout, mais ne vous donnent rien. Mais, à bien y réfléchir, elles trouvent que c’est une super idée.
Elles vont pouvoir s’éclater, rire en travaillant et ne rien devoir à personne.

L’aventure vient de démarrer…

A ce moment de l’histoire, je sais que vous êtes en train de vous dire : " Bon, encore des nanas qui n’y connaissent rien
et qui vont se planter".
Que nenni, chères et chers lecteurs ! Nous savons qu’une entreprise, c’est du commercial, du financier, du technique,
de la communication, du marketing, des achats, de l’informatique, de la logistique, des services généraux, de la gestion,
de la comptabilité, du juridique, de l’administratif et des soucis. Mais comme nous sommes cinq avec les compétences requises, plus une marraine et une comptable, nous sommes parées.
Comme en plus, nous disposons de trois adorables mannequins sur lesquels nous pouvons mettre au point nos modèles
et que nos fournisseurs sont non seulement français mais si partie prenante, que nous les considérons comme
des partenaires, que demander de plus ? Rien. Ah si, pardon, où ai-je la tête, beaucoup de clientes !

blabla entre filles

Bon, ça y est. Il faut maintenant démarrer. Il ne s’agit pas que la fille d’Ouragan ait à attendre ses trente ans pour avoir
son premier soutien-gorge.

1ère étape : 250 pages paraphées et une tendinite plus tard, la société était constituée.

2ème étape : trouver nos partenaires fournisseurs. Ce n’était pas très difficile car le secteur du textile est tellement sinistré que lorsque vous trouvez un fabricant français, vous vous y attachez comme une bernacle à son rocher. Plus compliqué
est le choix que doivent faire cinq filles pour une bordure de soutien-gorge.

3ème étape : la création des modèles. Comme nous savions ce que nous voulions, il n’y avait plus qu’à. Pour être honnête, Doigtsde fée n’avait plus qu’à …

4ème étape : choix des tissus. Celui de la broderie anglaise fut immédiat et unanime. Mais celui des autres imprimés… Entre Ouragan aux idées bien arrêtées, Toubrave qui fait sa têtue, Calimero larmoyante qui trouve injuste de ne pas être entendue, Boss qui commence à virer au rouge et Doigts de fée qui joue l’arbitre, un vrai jour de début de soldes…
Imaginez un peu : des tas d’échantillons et la volonté de commencer avec trois. Cornélien non ?

5ème étape : la communication et le site de vente en ligne. Là, je dois vous avouer que nous avons frisé la crise de nerfs entre idées défendues pied à pied par Ouragan, colère force 5 de Boss, dessins de Toubrave transformés en cocottes
en papier, consommation abusive de mouchoirs par Calimero et Doigts de fée ne comprenant pas qu’un site ne se fabrique pas comme une petite culotte. Merci au thé, coca, gâteaux et cacahuètes qui ont fini par avoir raison de nos ardeurs.
Et oui, la vie d’une société n’est pas un long fleuve tranquille. Mais notre site est si beau et notre plan de communication
si abouti que nous avons fêté le tout un soir, fort tard, avec une bonne bouteille de vin blanc et une migraine le lendemain matin.

6ème étape : calcul des prix de revient, de vente, budgets, etc… C’est Boss qui s’y colle, of course,Toubrave préférant aiguiser ses crayons, Calimero parler à son ordinateur et Doigts de fées peaufiner les nœuds. Seule Ouragan est là, mais c’est normal, c’est une locomotive et tout le monde sait qu’une locomotive reste toujours sur les rails.

7ème étape : vendre. Ça, c’est le travail de Toubrave. Ouragan s’y est mis aussi car comme on dit : "vendre est le nerf
de la guerre". Elle a déjà commencé à sillonner les routes de France équipée d’une belle valise rose garnie de balconnets, bandeaux, culottes, shortys, boxers et caracos. Sa valise est si jolie que Toubrave a eu la même pour pouvoir se faire
les crocs dessus avant de s’attaquer tout en douceur, n’ayez crainte, aux gentils futurs revendeurs.

8ème étape : acheter. Ça, c’est votre travail à vous car je trouve que nous en avons assez fait et que vous pourriez quand même vous y mettre un peu.

J’allais oublier… Ames sensibles, soyez rassurées : la fille d’Ouragan a maintenant une jolie collection de lingerie dont nous sommes très fières.

Véronique

Remerciements : à vous, d’abord, qui visitez le site de Fleurs Pois & Cie ; à nos familles et ami(e)s qui nous soutiennent ;
à nos parrains qui nous supportent ; à nos chers partenaires fournisseurs ; à mes associées d’être mes amies
et à nos clientes d’apprécier nos produits.