En faites-vous partie ?

Alors maman poule ou pas ?

Une fois n’est pas coutume mais je m’adresse aujourd’hui, aux mamans de garçon. Remarquez qu’une maman d’un ou plusieurs garçons peut aussi avoir une ou des jeunes-filles et donc  lire ce que Fleurs Pois & Cie met sur Facebook ou sur le blog du site.
logo fleurs pois et cie
maman super contente

Bref, pour en revenir à mes moutons ou plutôt à mes mamans poules, avez-vous remarqué combien une mère reste attachée à son fiston quel que soit l’âge de ce dernier. Comme par exemple, une de mes amies chéries dont le cher ange a plus que dépassé la majorité et qui, il y a peu, me disait : "j’en ai marre. Il ne travaille pas, traîne à la maison, se réveille à midi, ne fait rien pour aider et ne fait même pas son lit. Du reste, quand il va partir, je vais faire un feu de joie avec son matelas !". Or, voilà qu’aux premiers jours de l’automne, le fiston, travaillant enfin,  a quitté la maison pour un petit appartement dans la même bourgade. 

Ça y est ai-je pensé, l’oiseau a enfin quitté le nid, certes avec un peu de retard puisqu’en principe nos amis à plumes le font au printemps, ma chère copine va enfin pouvoir se réchauffer les mimines après les premières gelées  aux flammes du matelas et arrêter de s’énerver après son "Tanguy".

skype essentiel aujourd'hui

Que nenni… Se plaignant que son fils ne lui donnait pas de nouvelles depuis son départ, je lui ai répondu de ne pas s’inquiéter, qu’il prenait enfin son autonomie et que de toute façon, il saurait l’appeler en cas de besoin. 

Et là, j’ai eu droit à la réponse cordon-ombilicale : "oui, mais je suis sa mère quand même"… Vous pensez, il a même décidé de faire ses courses tout seul donc plus de béquée.


Moquez-vous ! Elle n’est pas la seule. Je connais des hommes qui ont leur maman pour confidente et qui ne passent pas une journée sans un petit coup de téléphone "doudou". Une autre maman de mes connaissances accourt dès que son chérubin marié et père de famille appelle à l’aide alors qu’il vit à 12500 km. Elle ne se voit même plus vivre sans Skype. Une autre se rend immédiatement disponible y compris pour servir de taxi à ses petits-enfants ou aider sa belle-fille alors que son astre de fils est partir faire du surf. Une autre enfin, passe sa vie en mode "SOS assistance" et "je suis inquiète" en imaginant tout ce qui peut arriver à son petit trésor.

Et pour finir, cette adorable maman de 2 jeunes-filles, une pré-ado et une ado, et d’un garçon de 8 ans, avec laquelle je discutais soutiens-gorge, culottes, caracos, boxers, shortys et nuisettes pour ses filles avant de lui acheter de quoi fabriquer des porte-clefs ornés de ruban Fleurs Pois & Cie pour le Salon Les Jours Vintage à Genève auquel nous allons participer, qui m’avoua être fusionnelle avec son fiston et avoir décidé qu’il était temps de commencer à couper le cordon ombilical. Comme premier coup de ciseau dans ledit cordon et habitant à l’entrée d’un village et l’école étant à la sortie (oui, je sais, tout dépend d’où on arrive), elle le laisse partir certains jours, tout seul sur son vélo. Sauf qu’elle s’arrange toujours pour être là au moment du 1er coup de pédale, quitte à ouvrir sa boutique avec un peu de retard, afin de s’assurer que la prunelle de ses yeux a bien le casque sur la tête.

Salon vintage les automnales Geneve

Si à 6-7 ans, le jeune garçon voit son complexe d’Œdipe s’évaporer, il faut croire que l’objet de son complexe, soit sa petite maman d’amour, en est otage toute sa vie…
Il est vrai aussi que les filles sont souvent moins câlines sauf avec leur père et surtout pour obtenir l’achat du petit pull sans lequel l’hiver 2015 ne vaudra pas la peine d’être vécu, plus indépendante et que les relations avec leur mère sont parfois un peu houleuses, la jeune-fille ou jeune-femme rejetant les conseils maternels au point d’affirmer que les bébés de maintenant ne sont pas comme les bébés d’autrefois (je n’invente rien).
Et vous, êtes-vous toujours cordon-ombilicalisées avec votre fils adoré ?


Véronique