J'ai pas envie !


Je vous écris de mon lieu de villégiature au milieu de belles montagnes où, aujourd'hui, le soleil brille dans un ciel bleu
sans le moindre petit nuage. Un mètre cinquante de neige, en sweat en terrasse pour prendre un chocolat chaud,
je me rappelle qu'il n'y a pas si longtemps mes deux têtes blondes m'auraient tellement embêtée, qu'au bout de 3 minutes,
il aurait fallu rechausser les skis, remettre de la crème et repartir faire la queue pour prendre un tire fesse ou autre moyen proposé pour glisser à nouveau sur les pentes enneigées.

J'en viens à regretter cette période, aujourd'hui, quand je rentre de chez ma cousine où j'ai pu voir mes deux neveux
de 13 et 16 ans qui sont en traine babouche, pas lavés, en pyjama, qui "larvent" littéralement sur le canapé ou à même le sol dans leur couette "doudou" avec leur portable et qui pourraient remporter les championnats du monde, s'il en existait,
de gymnastique des doigts.

Suite au bonjour, suivie de la petite caresse dans les cheveux, je suis gratifiée d'un heinnnn version bouche pâteuse
centrale atomique puisque tous les deux sont équipés de bagues.

Bref, sans avoir abordé les sujets qui fâchent comme l'école, les notes et les révisions ou qu'avez-vous fait depuis
que vous êtes arrivés, je propose gentiment et si cela leur fait plaisir, de les emmener au ski cet après-midi.
Un grand silence, suivi d'un "j'ai pas envie"..., m'arrive droit au cœur. Shopping alors ? "J'ai pas envie".
Allez voir les cousins ? "J'ai pas envie". Allez dehors ?
Ça caille et on n’a pas envie de bouger, tu vois pas qu'on est occupés ?

Bon comme je les vois une fois par an, j'avale sans rien dire.

Mais que leur est-il arrivé à ces deux-là, le grand je veux bien, mais le dernier toujours à vouloir tout faire en même temps, 
le ski, la luge, du surf en été et du snowboard l'hiver dernier. Je m'en souviens bien puisque j'avais offert la planche 
pour son anniversaire. Bricoler, courir, faire des cabanes avec les potes et mes enfants. Bref, moi qui pensais qu'il allait passer au travers de cet épisode "ado de base", je le vois tomber à pieds joints dans : "moins j'en fais, mieux je me porte" mais surtout cette phase du "j'ai pas envie".

Et là tout à coup alors que j'étais dans mes pensées, le plus jeune des deux m'interpelle, "dis Caroline, comme t'es debout, 
tu pourrais (oui, oui sans le ne : trop fatiguant !) pas m'apporter un verre de coca, s'te plait"

J'AI PAS ENVIE, et je suis partie sans avoir perdu le regard complètement éberlué de ce dernier, qui, à ma grande joie, 
en a eu les bras ballants et la bouche en un OHHH d'étonnement.


Caroline

Voir aussi les articles :