Epilation, trop jeune ou pas ?

Ah, la grande question des poils chez les filles. Cela peut rapidement devenir une source de problème et même de complexe.
Donc, quand ma fille de 12 ans a commencé à me dire qu’elle voulait s’épiler, j’étais bien embêtée.

La première question que l’on se pose est : « A quelle âge peut-on commencer à s’épiler ? »

Et après quelques recherches sur Internet, j’étais comme beaucoup de maman. Je ne voulais pas que mon bébé souffre mais je ne voulais pas non plus qu’elle se sente mal à l’aise avec ses camarades à cause de ses poils.

Je l’ai donc autorisée à s’épiler dès l’âge de 12 ans (brune oblige). De toute façon, c’était ça ou elle ne voulait plus mettre
de jupes. Ce qui aurait été dommage, vu qu’elle a de belles gambettes.

On peut dire ce qu’on veut mais nous ne sommes pas tous égaux quand il s’agit de poils, croyez-en une méditerranéenne
au type italien, bien brune. Et même les blondes peuvent avoir des soucis, il ne faut pas croire. Mais blondes, brunes, rousses, nous cherchons toutes la même chose, l’éradication de nos  follicules pileux sans avoir trop mal.
Et c’est là que ça se corse.

Je refusais qu’elle se rase. Vous allez me dire qu’il y a la crème dépilatoire. Non plus ! Je l’assimile à du rasage donc interdiction pour elle d’utiliser ce genre de produit. Il fallait donc en passer soit par la cire, soit par l’épilateur électrique.

Comme j’ai une fille qui n’est pas très douillette et qui,en plus, est un peu têtue, elle avait décidé de s’épiler et tant pis
si ça fait mal. J’avais un épilateur donc elle l’a essayé. Moi, qui avais mis 45 minutes pour faire une demi-jambe la première fois que j’avais utilisé l’engin de torture, pardon, l’épilateur,  je me suis dit qu’elle le passerait une fois et qu’elle arrêterait aussi sec. Que nenni, elle a réussi et était très contente.

Peu après, j’ai acheté le Easy wax de Veet, qui est un applicateur de cire, très pratique en l’occurrence. La première fois
que nous l’avons utilisé, je le lui ai fait. Après, elle voulait absolument le faire toute seule et comme la cire est toujours
à bonne température, pas de risque de brûlure donc pas de soucis.

Ce qui est bien, c’est que l’investissement devient rentable quand on est deux à s’en servir et encore plus quand on est trois. La petite dernière qui a maintenant 11 ans va certainement me demander la même chose d’ici peu.

Comme mon aînée ne fait que la demi-jambe, qu’à cet âge, les poils sont assez fins, qu’elle ne s’est jamais rasée, qu’elle ne le fait pas souvent et que l’hiver, elle s’en fiche, ce n’est pas trop contraignant pour elle.
Ce qui l’est et pour longtemps, c’est la découverte que mon bébé a faite en partant à la chasse aux poils en me disant :
«Dis donc, entre l’orthodontiste et l’épilation, je comprends bien l’expression « il faut souffrir pour être belle !» ».

C’est vrai que souffrir n’est pas très sympa mais depuis quelques temps, on trouve des épilateurs à lumière pulsée utilisables à la maison. Comme c’est encore assez récent, j’attendais un peu de voir ce qu’en dise les courageuses qui les ont essayés. Et finalement, ça me tente bien.

Bien sûr, l’investissement est un peu plus conséquent puisqu’il faut compter entre 200 € et 500 € pour avoir un appareil
de bonne qualité. Et comme il s’agit de brûler les poils ou plus précisément les bulbes et pas la peau, il faut peut être
plus faire confiance aux marques connues et pas de bas de gamme.

Donc promis, dès que je l’achète, je vous ferai un retour sur les tests au fur et à mesure ou alors j’essaye directement
sur ma petite cadette. Je sais, ce n’est pas beau mais que voulez-vous, elle ne connaît pas encore l’orthodontiste...

Sarah

Kit épilation

Voir aussi les articles :