Ma journée de la Femme

HORREUR ! HONTE A MOI ! J’ai laissé passer la Journée de La Femme, obnubilée que j’étais par la culotte.
Mais non ! Pas la mienne qui va très bien merci, en 100% coton, toute douce, Made in France et signée Fleurs Pois & Cie bien sûr, mais par l’histoire de la culotte que je vous ai narrée il y a quelques jours. 
Journée Internationale de la Femme

C’est donc avec quelques jours de retard que je vais faire ma Journée de la Femme, non pas comme
MARIE ADAM-AFFORTITqui dans Le Point du 8 mars a fort bien rappelé ce sur quoi, nous devions encore nous battre :

  1. Salaire inégal : A compétences égales, l’écart salarial entre hommes et femmes est de plus de 20% et de 8.5%
chez les cadres.

  2. Sexisme : En 2013, une enquête du Conseil supérieur de l'égalité révélait que sur 15 000 salariées sondées,
80 % se disent régulièrement confrontées à des attitudes sexistes.

  3. Trop rares aux plus hauts postes : Là, nos gouvernants ne montrent pas l’exemple puisque dans la fonction publique,
les femmes ne sont que 28 % à être nommées cadres et à occuper des fonctions d'encadrement.

  4. Derrière le grand homme : Je ne peux que reprendre les termes de MARIE ADAM-AFFORTIT : "La conclusion
d'une enquête réalisée par le Centre d'études de l'emploi parmi les cadres de Bercy et autres ministères à la demande
de l'administration de la fonction publique, révèle que "seuls peuvent se plier aux exigences de leur poste,  les cadres
dont la conjointe assume l'exclusivité des charges familiales et qui se désinvestit de la vie professionnelle".
En clair, "avoir une femme exceptionnelle" à la maison constitue un "précieux atout" pour accéder aux postes de dirigeants
et devenir un haut fonctionnaire". Pour eux, c’est toujours, "L’homme au boulot, la femme aux fourneaux et aux marmots"…

  5. Élections municipales : Parité, quelle parité ? puisque 84 % des maires élus sont des hommes.

  6. Violences conjugales : Chaque minute environ, une victime de violences est recensée en France, soit 540 000 par an.
121 femmes en sont mortes en 2013.

  7. Plus de corvées : En moyenne, nous consacrons par jour, près de 4 heures aux tâches domestiques contre 2 heures 30 pour les hommes. 

Cette liste n’est pas définitive. A vous de la compléter.

Il est quand même à noter que si selon l’Organisation Internationale du Travail, les femmes ne sont que 30% à diriger une entreprise et 5% des multinationales, elles sont plus performantes.
Eh oui, ne vous en déplaise messieurs : 70% des PME dirigées par des femmes ont vu croître leur chiffre d’affaires en 2013 contre 67% pour celles dirigées par des hommes et lorsqu’une femme siège au conseil d’administration d’une grande société, la progression de la rentabilité financière sur les huit dernières années, est de 3% supérieure à celles où il n’y en a pas*.

Bon, trêve de chiffres… Mes revendications ou contestations en tant que femme vont vous paraître moins graves car elles ont trait à des choses certes futiles mais qui nous enchaînent dans notre condition.

En fait, nous sommes comme la bagnarde en photo sauf qu’elle, elle ne traîne qu’un seul boulet. Alors que nous ….

La bagnarde

BOULET 1 : Comme tu es jolie !

Hé voilà, dès la prime enfance, ça commence : les robes de princesse, le preux chevalier, le "Ils vécurent heureux
et eurent beaucoup d’enfants", les robes qui tournent et l’envie d’être comme maman. J’ai très tôt, mis mes petits petons dans les chaussures à talons de ma maman au grand dam de la voisine du dessous. Pas vous ?

A l’adolescence, c’est pire. Entre le corps qui change, l’humeur qui va et vient entre rires et larmes, les garçons
qui tout d’un coup, ne semblent plus être de sombres brutes ricanantes et les parents qui ne comprennent rien,
ne savent rien et de toute façon, ont tort, la jeune fille a besoin de s’affirmer, de plaire et de se sentir jolie.
Et là, c’est quitte ou double : notre chrysalide est ravissante, naturelle et toute en fraîcheur ou maquillée comme un passeport volé avec bagarre à la clef pour éviter le string et les vêtements cachés au fond du sac pour se changer et être "in" au collège.

BOULET 2 : Miroir mon beau miroir…

Enfin, nous sommes devenues un papillon, euh non pardon, une femme. Ce qui est un peu pareil remarquez, car la majorité d’entre nous va se faire capturer non par un filet mais par le diktat de la beauté et de l’apparence… Ne froncez pas
vos sourcils bien épilés et crayonnés : j’en fais aussi partie.
A 25 - 30 ans, on commence à scruter son visage à la recherche de la moindre ride et au cas où, on achète le super sérum anti-rides. Comme cela ne suffit pas et qu’il faut bien montrer qu’on est une femme adulte, on rajoute le fond de teint,
la poudre, le fard à yeux, le fard à joues, le trait de crayon et le rouge à lèvres. Bien sûr, on renouvelle tout à chaque saison
en fonction de la mode. Du vécu, croyez-moi…
Ceci jusqu’à l’âge où on verse une larme sur nos fards à paupières parce qu’ils s’obstinent à remplir les plis de nos paupières et au crayon eye-liner qui nous fait ressembler à un hibou.
On passe alors aux crèmes qui éclairent le teint, gomment les rides, redonnent de l’élasticité et/ou stimulent le renouvellement cellulaires. Un conseil d’amie : ne les mettez pas toutes à la fois, vos lunettes ne vont jamais tenir sur votre nez.
Si rien n’y fait, il reste la chirurgie esthétique. C’est vrai qu’un petit coup de jeune peut être bon pour le moral mais le hic
reste le cou. Il ne se déplisse pas le cou !Et là, on court le risque de ressembler à une dinde.

BOULET 3 : Porter du 36

Les magazines nous montrent des mannequins sublimes auxquels tout va. Le rêve !
Mais les résultats de la dernière campagne de mensuration des Français montrent une bien autre réalité.
Pour être mannequin, il faut mesurer au minimum 1.72 mètres, peser entre 52 et 54 kilos et afficher le fameux 90 – 60 – 90 (90 cm pour le tour de poitrine; 60 pour le tour de taille ; 90 pour le tour de hanches).
Or la moyenne des Françaises mesure 1.63 mètres, pèse 62.4 kg et affiche 93.7 – 79.9 – 93 soit presque 10 cm de moins en hauteur et plus 9.4 kg en largeur. Adieu, le 36 même avec un tonneau de crème amincissante. A moins que, en alternant poireaux bouillis et endives braisées….
De toute façon, c’est sans espoir depuis que j’ai entendu que chez les mannequins XXS, l’écart entre les 2 cuisses, le fameux "thigh gap", devait être de 15 cm. Je prévois une soirée mesures entre copines pour voir qui est digne d’intégrer l’Agence Elite. En cas, je vais acheter une ou deux bonnes bouteilles. Certes, on ne perdra pas des centimètres mais on évitera les crises de désespoir.
Pour être honnête, je crois que je vais me contenter de noter les mesures car en y regardant de plus près, j’ai les bonnes mensurations mais pas au bon endroit : mon bras a la taille de la cuisse d’un mannequin, mon avant-bras celle du mollet… Un mannequin Picasso quoi !
Plus sérieusement, je suis de tout cœur aux côtés du député Olivier VERAN qui "veut interdire le recours à des jeunes femmes d'extrême maigreur, dont le poids les mettrait en danger".

Cuisses de Mannequin

BOULET 4 : Du haut des stilettos, escarpins, talons aiguilles …

Ah les talons hauts qui donnent l'illusion d'une jambe plus longue et plus mince, d’avoir un petit pied, une plus grande hauteur et qui nous donnent une démarche à la Marilyn Monroe !
Plus grande, bien sûr, car avec des escarpins, nous gagnons 12 cm voire plus si la chaussure a une semelle épaisse.
Mais, si vous voulez rattraper votre petit dernier, courir pour être à l’heure ou pire battre Usain Bolt, redescendez tout de suite.
Comme dit une de mes amies :"les stilettos, tu les mets, tu t’assois et surtout, tu ne marches pas avec".
Quant aux pieds qui semblent plus petits, les pauvres ! Imaginez vos orteils ratatinés au bout de l’escarpin. Et votre pointe des pieds qui supporte une pression de plus en plus grande au fur et mesure que la hauteur du talon augmente (avec 5 cms de talons, la pression s’accentue de 57% et avec 7cms de 76%).
Je vais vous faire un aveu. Je regarde mes talons hauts d’un œil rancunier depuis que j’ai fait une superbe chute qui me vaut d’arborer une belle grosse cicatrice toute marron au genou.
Tant pis pour les fantasmes du chéri ! Et puis il râle quand je veux réchauffer mes pieds talons aiguillés sur ses mollets.

  • Marilyn Monroe
  • Talon aiguille

BOULET 5 : Etre fashion

J’adore la mode mais pas au point de la suivre aveuglement. Et vous ?
Reconnaissez que celle du short par exemple, n’est pas la plus facile à suivre surtout quand vous travaillez sauf à le glisser dans le sac comme notre ado et l’enfiler vite fait au sortir du bureau. Reste à trouver l’endroit où opérer le changement. Pas dans les toilettes de l’entreprise en tous cas, car imaginez la tête de votre patron qui vous a vu le matin en mignon petit tailleur et vous croise le soir au détour d’un couloir, la cuisse à l’air.
Pas plus d’ailleurs que celle du jean déchiré quand vous œuvrez dans une banque ou aux impôts.

Là non plus, la liste n’est pas exhaustive et vous pouvez en rajouter à loisir.

Mais, pourquoi acceptons-nous ces boulets ?

• Parce que nous avons été éduquées ainsi, que notre maman a été notre modèle et qu’à la longue, ces diktats font partie
de nous.
• Parce que nous voulons plaire aux hommes. Et eux alors, ils ne veulent pas nous plaire ?
Oui bien sûr, mais pour autant, ils ne s’affament pas, ne se contraignent pas à porter des vêtements importables,
se moquent d’avoir des rides (ça fait aventurier), de la bedaine (ça rassure et puis ce n’est pas du gras, ce sont des poignées d’amour) et préfère souvent sentir le mâle que l’homme raffiné légèrement parfumé.
Je vous le promets. Je ne suis pas féministe, j’aime qu’un homme me tienne la porte et soit attentionné mais après tout
chez les autres espèces, c’est souvent le mâle qui doit faire le beau pour séduire pendant que madame se lime tranquillement les ongles l’air de rien avec un petit regard par en dessous.
Vous parlez de parade vous, quand je vois mon voisin prendre part aux repas dehors l’été, torse nu. Un vrai tue l’amour, oui.
• Parce que nous les femmes, rivalisons entre nous. Nous sommes capables de détailler une de nos consœurs de la tête
aux pieds à la recherche du plus infime défaut pour s’assurer qu’elle n’est pas plus belle que nous. Eh oui, je suis désolée
de l’écrire mais je crois bien que nous sommes rivales.
Et vous qu’en pensez-vous ?


Parade amoureuse

Bonne journée à vous mesdames. Quant à moi, je vais passer ma journée de la femme en vieux pantalon qui poche,
pas maquillée, pas coiffée et manger un petit gâteau au chocolat tout en feuilletant le ELLE spécial mode et beauté
parce qu’on ne se refait pas.

Véronique


*Etude WomenEquity auprès de 40 000 PME dans le monde en 2013