Nos ados, je t'aime moi non plus...

relation parents ados
Ados 2016…

Je dédie ce texte à mes amies, mamans d’ados et de pré-ados qui sont pour moi, une source d’inspiration ainsi qu’à tous les parents qui sont dans la même situation.



Eh oui, les ados et pré-ados de 2016 ressemblent furieusement à ceux de 2015, 2014, 2013, 2012, etc…  ainsi que j’ai pu le constater cette semaine lors d’une séance de papotage téléphonique avec lesdites amies.
L’une ne décolère pas après sa chérubine qui en vrac :
  •  Ne range pas sa chambre
  • Ne met pas le couvert : besoin d’aller aux toilettes
  • Ne débarrasse pas la table : re besoin d’aller aux toilettes. C’est fou ce que la vessie et les intestins travaillent pendant l’adolescence !
  • Fais juste ce qu’il faut en cours
  • Est absolument adorable avec toute autre personne que ses géniteurs
  • Reproche à sa chère maman de toujours lui crier dessus, et celle-ci rétorquant :"Si tu faisais ce que je te demande, je n'aurai pas besoin de crier". A bon entendeur salut...
Avec pour seul résultat, un mari qui frise la déficience auditive à force d’entendre sa moitié crier.
ado dandy


 
Une autre de mes amies m’a raconté avoir passé des fêtes de fin d’année avec une espèce de larve vautrée sur le canapé et qui de surcroît, faisait grève du gel douche, du shampoing, du déo, du peigne et de vêtements propres. Ce jusqu’au 31 décembre où la larve s’est métamorphosée en papillon récuré du sol au plafond, parfumé, la chevelure propre et passée au gel. Bref, beau comme un sou neuf pour réveillonner avec les copains et les copines pendant que maman un mouchoir sur le nez et armée d’une pince, fourrait le linge sale à l’odeur fortement virile dans la machine à laver.

Maman qui pête les plombs

Une troisième découvre les joies de la pré adolescence avec sa fille, elle qui ne les a pas connues avec son grand fiston du style :

  • Passion pour le nails art
  • Rêveries
  • Dans le même registre, oublis en tout genre et surtout du genre "j’oublie les devoirs à faire" ou "j’oublie le classeur de Français pour partir en weekend chez tatie et tonton, alors que j’ai une rédaction à rendre lundi". "Bof, ce n’est pas grave, j’aurai le temps dimanche soir…"
  • Partage sur facebook. Bon là, pas de comparaison possible avec le grand frère plus âgé que les réseaux sociaux.

Une quatrième enfin, coincée entre une pré ado tête de linotte et une ado au caractère bien trempée qui "joue" à faire enrager sa mère.

Mes chères amies et parents concernés par l’adolescence de vos rejetons, prenez patience car à part quelques cas, personne ne reste ado toute sa vie.
 
Du reste, mes deux adorables filleules sont maintenant de belles jeunes-femmes agréables qui ne claquent plus les portes, n’affichent plus "en grève" sur la porte de leur chambre, ne pleurent plus pour un oui ou  pour un non (ceci est aussi valable pour les crises de fou rire), ne se trouvent plus  trop grosses et/ou trop moches, gèrent leurs amours comme des grandes et parfois mieux d’ailleurs, savent ce qu’elles veulent et ne veulent pas et avec lesquelles, je passe de très agréables moments.
 
N’oublions pas non plus que nous aussi avons été ados et que curieusement, nos parents refusent dans la plupart des cas, de répondre à notre question : "avons-nous été aussi pénibles que nos enfants ?" Sûrement parce qu’ils savourent la vengeance rendue par leurs petits-enfants…
 
Et puis, comment seront les ados dans le futur ? Pensez, j’ai vu un petit garçon de 5 ans la semaine dernière qui m’a déclaré : "quand je serai grand, papa a dit que j’aurai un scooter !". Je ne vous décris même pas la tête du papa en question qui a commencé à expliquer que "on verra ; c’est dangereux ; je n’ai jamais dit ça." Pourvu qu’un jour, l’adolescence ne commence pas à la naissance !
 
Allez, grosses bises mes amies, courage et surtout n’oubliez pas de continuer à m’amuser avec vos tribulations de mamans d’ados.
 
Véronique